Initiative ISCN ?

15 mai 2011

Les espaces dits « hiérarchiques » ne le sont pas, la plupart du temps

Filed under: 1 ISCNs,2 Concepts-projets — yt75 @ 5:04

Draft :

  • a1.a2.a3 peut être considéré comme :
    1. les valeurs de a2 doivent être uniques dans le contexte a1 (vision ou compréhension hiérarchique)
    2. a1.a2.a3 est une phrase ou s-expression, donc la valeur a2 (le symbole a2 dans ce cas) dans a1.a2.a3 est la même que dans a1.a3.a2 ou a1.a2.a3.a2
  • La « bêtise » ou erreur du RH name tree avec les numéros parallèles aux mots clés (quand l’intérêt des numéros est dans la mise à plat permettant éventuellement de changer les mots clés, comme les inodes dans un file system par exemple permettent de changer les noms de fichiers, ou le fait que si plusieurs livres sont vendus dans un coffret, le coffret en tant que produit a lui-même un ISBN,  —à côté— des ISBNs des livres qui le compose)
  • Retournement de perspective : vision « top level », dans le cas 1), versus distributeur d’étiquettes ou symboles uniques, dans le cas 2)
  • Séparations typologiques ou organisationnelles
  • Quand on croit utiliser des espaces comme 1), on les utilise en fait de fait souvent comme 2), typiquement dans les conventions UNIX (/lib, /doc, fichiers « README »), mais pas uniquement
  • Vision erronée du besoin d’identifiant des organisation pour chaque espace typologique (cf la RFC 3402 par exemple dans l’exemple industrie automobile)
  • Avec les ISCNs, une même source peut-être utilisée dans n’importe quel contexte typologique, donc pas besoin de demander un préfixe ou segement par contexte typologique pour une organisation donnée.
  • Une organisation acquière des sources, puis les utilisent dans n’importe quel contexte typologique
  • l’aspect hiérarchique dans ce cas est donc là pour les besoins de distribution et non de classification, classification vient toujours après à travers d’autres ISCNs
  • même si « globalement », les espaces d’identifiants se mettent en place dans un contexte toujours plus ou moins typologique avant d’être organisationnel

Autre :

  • critique de l’emploi du terme « ressource » dans URN ou URL, ou « object » dans DOI (texte de Berners-Lee à ce sujet si l’on veut)
  • critique du besoin perçu d’ « actionability », dans les LSID, Ark, ou DOI
  • le besoin d’identification est indépendant de ces aspects d' »actionability », qui reviennent de toute manière à associer une certaine sémantique à un segment ou second identifiant
  • Quand on a besoin d’identifier des trucs on utilise des ISCNs, sans se poser de question
  • NT-maps et NT-spaces

Liens :

RFC3402 : http://www.ietf.org/rfc/rfc3402.txt

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :